J'aspire à l'être. frédéric fenollabbate. 1996

La position où je me trouve : JE RESPIRE. Peut-on dire l'air qui m'entoure ?

    J'aspire l'air.

L'air que j'aspire n'est plus l'air qui m'entoure : c'est le lieu de ma respiration.

Je suis celui qui m'entoure.

L'air est à présent, par cette aspiration, le lieu où le temps prend place.

    Le temps a lieu.

Mais je n'aspire l'air que pour me donner le temps de son expiration.

Pas même le temps d'embrasser mon entourage que le temps n'a plus lieu.

J'expire l'air.

Ma position s'en trouve comme balancée dans le non-lieu du temps, où suis-je ?

Dans la respiration.

 

JE RESPIRE

OU

J'ÉMETS LE TEMPS PAR CLIGNOTEMENT.

Ce temps clignotant me donne à chaque

seconde ma position effective ET fixe

mon entourage sur mon endroit.

Effet indésirable :

j'apparais dans le temps au moment de la
disparition de mon entourage,

qui suis-je ?

Par la respiration, se distingue un je bien
volatile
qui ne doit sa présence qu'à l'air
qu'il aspire.

L'air qui semblait n'être qu'un objet sans réel
problème d'identification,

du fait que je l'aspire,

devient le sujet de ma respiration et m'établit comme simple aspirant

au sujet,

mais sans objet,

l'air, mon air n'est plus mon air,

c'est l'air qui fait que je respire.

Ainsi, les positions des différents protagonistes
ici mis en jeu par la respiration ne sont fixées
qu'en rapport au temps qu'ils émettent.

Mais ce temps est clignotant, ne l'oublions pas et donc redevable lui aussi des autres, pour se positionner.

La redevance semble bien lourde
pour un gain si peu substantiel :

JE RESPIRE
                             OUI,

mais J'aspire à l'être.

ASPIRATION : une aspiration telle que je me
retrouve ici, à dire,
OUI

JE RESPIRE ALORS QUE J'EXPIRE.

Qui sont ces je? Songes? En réalité nous
sommes.

Je m'aspire dans le nous, mais sans addition, je, ne suis pas je et ainsi de suite, non, c'est un je entre nous.

Le temps n'est plus là pour donner la mesure
de l'intervalle mais pour se distinguer,

POUR APPARAÎTRE : OBJET D'APPARAT.

Je vois.